Journée d'Interaction Recherche-Politique

Appel spécial aux décideurs

La Journée d’interaction recherche-politique  est conçue pour favoriser l'échange et l'interaction entre deux catégories d'acteurs concernés (chercheurs et  décideurs), déjà au cœur des objectifs du ICCAFFE2011. En organisant la « Journée d’interaction recherche-politique », et en réunissant chercheurs, experts, ministères, organisations professionnelles et de développement, ONG, services de conseil, le Congrès vise à renforcer la collaboration entre les sphères scientifique et politique. À cette fin, les décideurs profiteront, entre autres, d'un accès gratuit aux documents et sessions du Congrès.

Toile de fond

Le climat planétaire subit actuellement un changement et continuera d’évoluer à un rythme sans précédent. Les risques y associés sont de plus en plus palpables, mais restent en grande partie incertains. Toutefois, des risques ont été judicieusement identifiés dans de nombreux secteurs (comme l'agriculture, la foresterie, et la pêche) qui constituent les moyens de subsistance de la majorité des populations des pays en développement, en particulier dans les zones rurales. En se basant sur ces faits, toutes les sociétés sont instamment invitées à renforcer leur capacité d'adaptation pour faire face à la fois aux impacts présents et futurs du changement climatique en dehors de leurs expériences passées.

Le changement climatique, tel qu’il est observé actuellement, et les scénarios futures y associés sont en train d’affecter l’évolution des stratégies de développement. Dans ce sens, des défis se posent en termes d'identification des éléments pertinents des politiques ayant le potentiel d’inverser l’évolution actuel du système climatique. Mais, comment peut-on déterminer le défi le plus important et le plus urgent pour nos sociétés et qui nécessitera, par conséquent, l’attention politique la plus particulière et la plus urgente?

En outre, plusieurs sources d'informations sur les questions relatives au changement climatique sont actuellement disponibles: Rapports du GIEC, études sur des pays et des régions spécifiques ainsi que sur les systèmes (études universitaires, rapports commandés, modélisation systémiques), etc. Mais, quels types d'inputs ces sources d'informations peuvent fournir aux preneurs des politiques régionales, nationales et locales ? Ces sources informent-elles sur la variabilité climatique ou sur ses différents impacts aussi?

Les questions liées à la communication sur les besoins de la recherche, à l’accessibilité des connaissances scientifiques, mais aussi au traitement de l'incertitude scientifique dans le domaine du changement climatique sont à présents cruciales pour le monde de la décision et de la politique.

Le débat mondial sur les facteurs et les impacts du réchauffement climatique illustre bien l'interaction difficile entre les sphères de la science et de la politique face à l'incertitude et l'arbitraire. Dans cette perspective, trois modèles types sur la relation entre expertise scientifique et décision sont en compétition:

  • Le modèle décisionniste défend l'idée d'une séparation stricte entre les dirigeants politiques et les experts et inverse la relation entre l'expertise et la politique. L'objectif étant d’établir des responsabilités claires. Pourtant, dans ce modèle, la politique prime et l'emporte sur l'expertise. Les experts ne sont qu'un moyen pour une fin donnée.
  • Le modèle technocratique suppose la prééminence de la science et de son rôle clé pour les processus décisionnels. Ce modèle vise à rendre la politique plus rationnelle et plus efficace. Il considère que l’évolution de la science et de la technique est plus rapide que l’évolution de la décision politique, et que les politiciens ne comprennent pas toujours les questions complexes. Seuls les experts sont capables de comprendre et d’évaluer les phénomènes et par conséquent les traiter.
  • Le modèle réflexif est une critique des deux modèles. Non plus ce modèle estime que les problèmes ayant une dimension politique ne peuvent être résolus en se référant seulement à la science et aux preuves scientifiques, mais aussi rejette toute division stricte et claire entre les valeurs et les faits scientifiques, entre le pouvoir et la vérité. Ce modèle fait valoir que les décisions politiques doivent découler de l'interaction entre la politique et la science dans un contexte social, politique et culturel. L'interdépendance effective et la communication permanente entre les experts et les politiciens ainsi que le public sont hautement recommandées. 

Ainsi, la coordination stratégique, y compris l'échange d'informations, de méthodologies et d'outils entre les experts et les institutions politiques travaillant sur le climat et le développement, est essentiel pour renforcer la durabilité du développement. Certains domaines - comme la gestion des risques des catastrophes - offrent déjà des leçons intéressantes sur la synergie entre la politique, les sciences et les méthodologies pratiques.

OBJECTIFS

 Dans ce contexte, la Journée tend à:

  • Renforcer les échanges sur les différentes questions pertinentes liées au changement climatique nécessitant une collaboration étroite entre la science et la décision ;
  • Analyser les contraintes entravant l’échange fructueux et efficace entre les sphères scientifique et politique et le partage des bénéfices des meilleures pratiques repérées ;
  • Identifier les domaines où une collaboration plus étroite est nécessaire dans le futur.

QUESTIONS CLÉS D’ÉCHANGE

La « Journée d’interaction recherche-politique » est l'occasion pour les scientifiques et les décideurs émanant à la fois du Nord et du Sud de partager leurs expériences sur les questions suivantes:

  • Aboutissements et acquis en matière de politiques de changement climatique ;
  • Stratégies efficaces pour un développement résilient sur le plan climatique ;
  • Planification (Nationale et régionale) et changement climatique ;
  • Éléments d’une politique efficace d’adaptation pour les pays en développement ;
  • Évaluation des risques climatiques ;
  • Adaptation au changement climatique et ressources naturelles / Qualité des écosystèmes; concepts: paiement des services environnementaux (PSE) et accès et partage des avantages (ABS) ;
  • Autres.

NB. Le programme provisoire de le Journée est en cours d'élaboration